Même si je suis persuadée que – dans un monde idéal où le bon sens serait roi – ça ne devrait pas en être un, je suis très attentive au sujet de la conciliation vie privée-vie professionnelle. Et bien entendu, ledit sujet est quasi systématiquement mis en relation avec les femmes.

Certes, il faut être réaliste. Même si la tendance est plutôt à un partage qui décharge petit à petit les femmes, elles restent grandement majoritaires quand il s’agit d’effectuer les tâches domestiques (ménage, repassage, vaisselle, gestion administrative, …) et de gérer l’organisation de la vie familiale – horaires d’école, enfants malades, etc.

Cette conciliation fait d’ailleurs l’objet d’articles, d’études, de blogs et de témoignages que je trouve bien souvent éclairants, à défaut de considérer que l’amélioration est fulgurante. (voir à la fin de cet article)

Malgré tout, quand on m’annonce que les employeurs s’y mettent et que Cadremploi titre « Ces entreprises qui cherchent à recruter des femmes » (ou encore, « Ces entreprises qui luttent contre le sexisme »), moi j’y crois, je clique !

Et je suis fort déçue. Si ce n’est affligée.

© John Fedele/Blend Images/Corbis

© John Fedele/Blend Images/Corbis

Habitudes de recrutement : la faute aux postulantes ?

Premier sous-titre de l’article, en parlant des entreprises : « Elles orientent leurs recrutements en direction des femmes« .

Ah bon ? Ca a l’air top ça ! Et comment s’y prennent-elles concrètement ? Voyez plutôt :

Elles font exprès de mettre au moins une femme dans la shortlist des candidats.

C’est-à-dire ? Pour moi, deux questions se posent :

  1. Ca veut dire que si les entreprises n’avaient auparavant que des shortlists masculines, c’était faute de candidates (qu’ils ont ensuite miraculeusement découvertes) ou par sexisme pur ?!
  2. Et si les entreprises le font à présent, est-ce pour faire de l’equity washing ou parce qu’elles ont enlevé leurs œillères imbibées d’a priori et se sont aperçues que les femmes étaient des hommes comme les autres, avec de vraies compétences et tout ça ?

Pas besoin de se poser la question bien longtemps, la 2e proposition est la bonne, la preuve :

« J’ai décidé d’orienter un peu plus mon recrutement en direction des femmes en les recrutant sur des fonctions en logistique, […] On m’avait expliqué qu’elles étaient rigoureuses, organisées et très soucieuses de la qualité. Aujourd’hui, nous avons quasiment atteint la parité.« 

Attention, REVELATION !!! Les femmes ont donc de VRAIES qualités au travail. Elles ne sont pas seulement douées pour soutenir leur époux et s’occuper des enfants, c’est à peine croyable !

Un défaut de formation ou d’INformation ?

La suite de l’article est en demi-teinte.

Il est question des femmes qui ne postuleraient visiblement pas suffisamment dans certains secteurs d’activité, pourtant bien décidés à les accueillir à bras ouverts. Je ne comprends pas la logique de cette assertion, entre autres :

« Elles s’excluent elles-mêmes de certaines fonctions techniques », constate Frédérique Dofing, directrice générale du fournisseur d’accès Céleste. En cause, notamment, la peur de ne pas pouvoir maintenir l’équilibre entre leur travail et leur vie privée.

Attention, cette femme est peut-être chef de chantier ! (© David Burton/Corbis)

Attention, cette femme est peut-être chef de chantier !
(© David Burton/Corbis)

 

S’agit-il réellement de la fonction technique ou des responsabilités qui vont avec la fonction… et qui sous-entendent un grand présentéisme à la française, basé sur un fort volume horaires – lequel sera bien sûr incompatible avec les horaires de sortie d’école (voir plus haut) ?

Dans le premier cas, si les femmes ont fait les études qui leur permettent de postuler à des fonctions techniques, pourquoi ne le feraient-elles pas ensuite ? Pour le plaisir de rester au chômage ?! La question n’est-elle pas plutôt de savoir si les femmes se dirigent suffisamment vers des filières techniques ou si elles ne sont pas prématurément et inconsciemment stoppées dans leur élan éventuel, étant donné que ces filières sont quasiment toujours représentées par des figures masculines ? (Quand les petites filles ne sont pas conditionnées plus tôt puisqu’il est bien connu que les maths et la physique, ce sont des trucs de garçon !)

Allons faire un tour dans les fiches métiers et voyons s’il est facile pour une femme de s’imaginer en plombier, mécanicien – et pour un homme de s’imaginer en secrétaire/assistant-e, d’ailleurs ! Visuels et vocabulaire incitent fortement chacun à perpétuer la représentativité actuelle, fortement inégalitaire.

Du bon sens et de la sensibilisation précoce que l’on retrouve en fin d’article, s’agissant de démarches entreprises par certains recruteurs en amont :

« Nous allons dans les collèges et les lycées pour faire de l’information, promouvoir l’apprentissage de codes de programmation dès le plus jeune âge car ce sera de plus en plus indispensable dans le futur. Nous rencontrons les mères pour qu’elles soient prescriptrices de ces métiers du numérique auprès de leurs filles », confie Véronique de Benedetto.

Restent quelques choix rédactionnels étranges (on traite par exemple d’une entreprise qui prévoit, pour ses salarié-e-s des deux sexes, l’octroi de 2h pour accompagner leurs enfants à la rentrée des classes ; mais l’article choisit d’évoquer « celles qui souhaitent faire la rentrée des classes de leurs enfants ». Or ce dispositif existe déjà dans certaines grosses entreprises et heureusement, il n’est pas dédié qu’aux mères… sinon nous n’avancerions pas) mais on ne va pas chipoter.

***

De mon côté, pour aller plus loin sur la question de la place des femmes dans le monde du travail, de la conciliation de la parentalité (puisque c’est surtout cela qui est visé, quand on parle de « vie privée ») et de deux vies professionnelles dans un couple (car quand l’un des deux choisit de rester à la maison, la question de la conciliation se pose évidemment moins – même si le conjoint qui travaille peut avoir envie de profiter de sa famille en dehors du créneau 21h-6h où tout le monde dort et des week-ends où il/elle récupère de sa semaine !), je vous conseille les lectures suivantes :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation